Accueil > Critiques de film > Un fauteuil pour deux

Critique de film

  • Un fauteuil pour deux

    Un fauteuil pour deux

    Les deux frères Randolph et Mortimer Duke règnent sans partage sur la bourse des biens de consommation à Philadelphie. A travers Louis Winthorpe, le directeur général de leur banque, ils engrangent des commissions records au moindre changement de cours. Lorsque le petit voyou Billy Ray Valentine fait irruption dans leur club de gentlemen, Randolph fait un pari avec son frère. Convaincu que toute réussite sociale ne dépend que de l'environnement et de circonstances favorables, Randolph propose de démettre Winthorpe de ses fonctions, de tirer son nom dans la boue, et de le remplacer en échange par le défavorisé Valentine.

    Sortie : 16 novembre 1983
    Durée : 116 minutes
    Réalisateur : John Landis
    Genre : Comédie

    Critique de Tootpadu 3 ★

    Cette comédie gentiment édifiante forme avec Le Bûcher des vanités de Brian De Palma un cadre ingénieux et, admettons-le, chronologiquement un peu approximatif de l'ère de Ronald Reagan. Comme dans l'adaptation malencontreuse de Tom Wolfe, les deux personnages principaux se croisent sur leur chemin fulgurant vers le haut ou le bas de l'échelle sociale. Ce retournement soudain de fortune symbolise parfaitement l'état d'esprit mercantile des années 1980, qui paraissent déjà bien loin en ces temps de crise économique grave.
    Cet enracinement sans excès dans son époque se ressent également dans le langage du film, qui désigne sans le moindre égard envers le politiquement correct certaines minorités sociales. Mais dans l'ensemble, ce conte autour du "Rira bien qui rira le dernier" ne dément jamais son optimisme, notamment à travers son démontage habile des préjugés. S'il ne faut retenir qu'une seule leçon de ce film divertissant, c'est que personne n'est ce qu'il paraît. Les vieillards débonnaires ne sont guère des pépés bienveillants; le jeune loup cache bien ses atouts derrière sa vanité; la prostituée ne vit pas pour la drogue et ce n'est pas par manque d'ambitions que Billy Ray Valentine se retrouve dans la rue.
    Le fond sérieux de l'intrigue ne gâche cependant nullement le plaisir d'assister à une comédie, dont l'humour un brin licencieux annonce encore subtilement les perversions gratuites qui marqueront le genre dix à quinze ans plus tard. Un Winthorpe dépité en précurseur du père Noël défoncé de Bad Santa, une Jamie Lee Curtis légèrement dénudée, et un Eddie Murphy aux grimaces fraîches et juvéniles comptent ainsi autant parmi les points forts d'Un fauteuil pour deux que le passage en début ou en fin de carrière de quelques acteurs de renom.

    Vu le 11 février 2009, à la Cinémathèque Française, Salle Henri Langlois, en VO

Vos commentaires

Laissez-nous votre note ou un commentaire

Nom :
Note :
Commentaire (facultatif) :

Concours Beauty and the Beast, du 7 au 22 avril 2014Concours Cheap Thrills, du 11 au 30 avril 2014Concours Casse-tête Chinois, du 14 au 23 avril 2014Concours Brick Mansions, du 11 au 24 avrilConcours Pandémie, du 11 au 21 avril 2014 Retour au haut de la page

3684 films critiqués

155 événements couverts

Conference-de-Presse : from-paris-with-love

3418 critiques de Tootpadu

Dernières critiques

Coup de coeur

Top 5

939 critiques de Mulder

Dernières critiques

Coup de coeur

Top 5

27 critiques de Noodles

Dernières critiques

Coup de coeur

Top 5

Vos commentaires

Attention le fllm dure exactement 2H33 (153mn) Vous avez dû le voir en 25...

Bernard Grenier a propos de Quatre cavaliers de l'Apocalypse (Les)

VINCENT MACAIGNE est un grand acteur français il est doué pour tout, nous faire rire dans des situations qu'on a envie de...

Sassan a propos de Tonnerre

Suivez-nous en tout temps