Logo
Accueil > Reviews > Bohemian Rhapsody

Bohemian Rhapsody

  • Bohemian Rhapsody
    Bohemian Rhapsody retrace le destin extraordinaire du groupe Queen et de leur chanteur emblématique Freddie Mercury, qui a défié les stéréotypes, brisé les conventions et révolutionné la musique. Du succès fulgurant de Freddie Mercury à ses excès, risquant la quasi-implosion du groupe, jusqu’à son retour triomphal sur scène lors du concert Live Aid, alors qu’il était frappé par la maladie, découvrez la vie exceptionnelle d’un homme qui continue d’inspirer les outsiders, les rêveurs et tous ceux qui aiment la musique.

Critique de Mulder

  • A Freddie Mercury

    “I've paid my dues
    Time after time
    I've done my sentence
    But committed no crime
    And bad mistakes
    I've made a few
    I've had my share of sand kicked in my face
    But I've come through “ – Queen

    Le cinéma a toujours voulu rendre hommage à de grandes personnalités qui ont marqué la mémoire de millions de personnes, qui leur ont apporté de l’espoir, donné de l’inspiration à être meilleur voire à leur tour à essayer d’apporter quelque chose à notre société, ne serait-ce qu’un regard critique ou une manière de capter la beauté d’un son, d’une image ou d’une vidéo. De nombreux biopics ont vu le jour qu’ils soient sur des personnalités de la musique, de la politique ou d’autres domaines marquants. Pourtant ceux qui marquent notre mémoire sont souvent liés à un domaine qui nous tient à cœur, celui du milieu musical. On se souvent ainsi encore de plusieurs réussites comme Bird (1988), Les Doors (1991), Ray (2004), Walk the Line (2005) et plus récemment Get On up (2014). Ces films ont réussi à garder toute leur force non seulement par la présence d’un réalisateur investi et passionné mais surtout par une interprétation marquante, une bande son inoubliable et un scénario parfaitement huilé pour retenir notre attention tout au long du récit. Que cela soit devant la scène mais surtout en backstage et dans leur vie privée, ces films dressaient un portrait sans fioriture ni censure de grands artistes dont le nom restera à jamais dans les mémoires collectifs.

    Le nouveau film de Bryan Singer (même si celui-ci a été remplacé vers la fin du tournage par Dexter Flexter) après avoir réussi à donner vie aux X-men (4 films), à Superman (Superman Returns) et à imposer des thrillers réussis comme Usual Suspects (1995) et Un élève doué (1998) se voit attribuer la lourde mission de raconter l’histoire d’un des plus grands groupes de rock mondiaux Queen et surtout raconter l’histoire de leur leader Farrokh Bulsara plus connu sous le nom de Freddie Mercury.

    La production de Bohemian Rhapsody aura été à l’image de la carrière de Queen chaotique et jalonnée de nombreuses victoires. Ainsi après des conflits entre le comédien Sacha Baron Cohen et le groupe Queen composé actuellement de Brian May et Roger Taylor et des différents artistiques, le résultat final est pourtant une réussite indéniable. Certes, le scénario d’une certaine manière aseptise les nombreuses frasques du leader du groupe, un véritable génie artistique possédant une des plus belle voix de l’histoire du rock mais dresse de manière sincère une partie de la vie de cet artiste passionné de musique et dont le destin sera à jamais scellé à celui de Queen jusqu’à sa mort le 24 novembre 1991à Londres, à l’âge de 45 ans. Dès la première scène du film on découvre celui qui s’appellera plus tard Freddie Mercury dans son emploi de bagagiste à l’aéroport d’Heathrow, puis sa rencontre avec un groupe du nom de Smile composé de Brian May et Roger Taylor. Des débuts difficiles, de la création de Queen, de sa rencontre avec Mary Austin, de son homosexualité cachée puis reconnue, le film dévoile avec un grand soin le portrait d’un homme passionnant cherchant la reconnaissance en travaillant sans compter.

    Le scénario d’Anthony McCarten réussit à capter toute l’étendue de la phase d’ascension du groupe Queen et surtout met en valeur aussi bien les différentes phases d’enregistrement (les scènes les plus passionnantes) que des morceaux en live reconstruit avec un grand soin (touchant à la perfection) que les nombreuses frasques d’un artiste complexe à la vie privée mouvementée. On aurait pourtant voulu que le film aille jusqu’au bout et ne souffre pas d’une certaine censure certes involontaire pour traiter de sa vie privée. De la même manière le film fait abstraction de la participation de Queen sur deux films devenus cultes que cela soit Highlander (même si la chanson Who wants to live forever apparait est entendu dans le film) et surtout Flash Gordon. On aurait aimé aussi qu’une scène puisse rendre hommage à la collaboration entre Freddie Mercury et Montserrat Caballé (décédée au début du mois).

    Pourtant Bohemian Rhapsody réussit aisément à s’imposer par des choix judicieux comme donner au comédien Rami Malek le rôle de Freddie Mercury. Il livre ici une de ses meilleures interprétations et s’efface totalement derrière son personnage en adaptant la même gestuelle sur scène et par une ressemblance assez frappante. De la même manière le film bénéficie d’un excellent casting avec Lucy Boynton (Mary Austin), Aaron McCusker (Jim Hutton), Joseph Mazzello (John Deacon), Gwilym Lee (Brian May), Mike Myers (Ray Foster) et Ben Hardy (Roger Taylor). La ressemblance entre les comédiens et les membres de Queen témoigne du grand soin porté à ce film de manière à le rendre réaliste et surtout en rendant hommage à Freddie Mercury afin non seulement de satisfaire ses nombreux fans mais aussi plaire à un plus large public passionné de cinéma et de musique.

    Les choix des nombreuses chansons présentes dans le film apportent à celui une véritable légitimité. On retrouve avec plaisir ainsi les nombreux succès intemporels de notre groupe préféré comme Somebody to love, Killer Queen, Bohemian Rhapsody, We Will rock you, another one bites the dust, Who wants to live forever, Under pressure et bien d’autres. Bohemian Rhapsody atteint donc son objectif de nous livrer un biopic musical non seulement passionnant mais surtout qui nous donne envie de nous replonger dans l’œuvre de Queen.

    Vu le 29 octobre 2018 au cinéma le Grand Rex, Grande Salle, en VO

  • 5