Logo
Accueil > Reviews > Boy : La Malediction de Brahms (The)

Boy : La Malediction de Brahms (The)

  • Boy : La Malediction de Brahms (The)
    Recherchant un environnement calme pour leur fils et ignorant tout de son funeste passé, un couple s'installe dans le Manoir Heelshire. Bientôt le jeune garçon se lie d’une troublante amitié avec une poupée étrangement réaliste qu'il appelle Brahms…

Critique de Mulder

  • Le premier volet The Boy sorti au cinéma en 2016 avait retenu notre attention par son scénario original, sa volonté de créer un véritable twist et d’éviter de proposer un énième film avec une poupée tueuse (tous des déceptions hormis la saga consacrée à Chucky) et la présence au casting de la comédienne Lauren Cohan. On comprend donc aisément à la vue du succès rencontré qu’un second opus allait être proposé et il aura fallu attendre donc quatre ans pour découvrir The boy : la malédiction de Brahms.

    Il faut reconnaitre également que l’idée du distributeur français de proposer dans le cadre d’une avant-première les deux films The boy part est plutôt bonne à la base à condition que le second volet soit réussi et apporte de nouveaux éléments. Malheureusement dans le cas présent, ce n’est pas le cas et on ne peut que préférer le film original à cette suite pourtant pas aussi ratée que le laisse entendre les critiques américaines catastrophiques (11% sur Rotten Tomatoes).

    Le précédent volet nous permettait de découvrir un véritable serial killer du nom de Brahms qui vivait caché dans la maison de parents et qui terrifiait une babysitter ayant pour mission de garder une poupée ressemblant à celui-ci. La fin de ce premier volet voyait ce tueur se faire tuer et la baby-sitter s’enfuir. The boy : la malédiction de Brahms reprend l’action quelques temps après les faits narrés dans le premier volet et nous découvrons un jeune couple élevant leur enfant. Lorsque sa mère se fait agresser suite à un cambriolage nocturne qui tourne mal, leur jeune enfant Jude se mure dans un profond mutisme. Cette famille décide donc de quitter leur appartement dans lequel ils vivaient et s’installer dans une maison de campagne près de celle où se déroulait The Boy. Lorsque Jude trouve la poupée Brahms et se met à communiquer avec lui, l’horreur va s’abattre sur cette famille. Cette fois-ci pas de serial killer mais une poupée diabolique qui semble avoir un contrôle mental sur plusieurs personnes.

    On retrouve pour ce film la même équipe à l’origine du premier volet soit le réalisateur William Brent Bell, le scénariste Stacey Menear, les producteurs Matt Berenson, Jodyne Herron, Gary Lucchesi, Tom Rosenberg, Jim Wedaa, le monteur Brian Berdan. Malgré tout, autant la réalisation reste inspirée autant le scénario de ce film n’arrive pas à créer une réelle ambiance angoissante et surtout n’arrive pas à donner une réelle présence à la poupée Brahms.

    On comprend aisément que le succès rencontré par Child's Play : La Poupée du mal (2019) ait donné l’idée aux producteurs de proposer cette suite mais il aurait fallu un scénario consistant et surtout des effets spéciaux réussis. L’idée de faire en sorte que Brahms ne bouge pas réellement (hormis quelques mouvements de tête) n’aide pas non plus à retenir toute notre attention. Autant cette absence se comprenait dans le premier volet autant ici, on aurait apprécié que ce film fasse un minimum preuve d’originalité.

    On appréciera pourtant de retrouver dans les deux rôles principaux Katie Holmes (série Dawson (1998-2002), Batman Begins (2005), Logan Lucky (2017),) et Owain Yeoman (série Mentalist (2008-2013)). Si ce film évite le naufrage artistique c’est en parti dû à des comédiens investis dans leur rôle et qui doivent en plus faire de leur mieux avec un scénario raté et manquant cruellement de jump scare et d’originalité pour retenir réellement notre attention. On ne pourra donc que vous conseiller de (re)découvrir The Boy plutôt que ce film dont une sortie vidéo directe aurait été un choix nettement plus judicieux.

    The Boy : La malediction de Brahms (Brahms: The Boy II)
    Un film de William Brent Bell
    Produit par Matt Berenson, Gary Lucchesi, Tom Rosenberg, Jim Wedaa, Eric Reid, Roy Lee, Richard S. Wright
    Sur un scénario de Stacey Menear
    Avec Katie Holmes, Ralph Ineson, Owain Yeoman, Christopher Convery
    Musique de Brett Detar
    Direction de la photographie : Karl Walter Lindenlaub
    Montage : Brian Berdan
    Production : Lakeshore Entertainment, STXfilms
    Distribution : STX Entertainment (Etats-Unis), Metropolitan FilmExport (France)
    Date de sortie : 21 février 2020 (Etats-Unis)
    Durée : 86 minutes

    Vu le 21 février 2020 au Gaumont Disney Village, Salle 12 place A20, en VF

  • 2.5