Logo
Accueil > Reviews > Un triomphe

Un triomphe

  • Un triomphe
    Un acteur en galère accepte pour boucler ses fins de mois d'animer un atelier théâtre en prison. Surpris par les talents de comédien des détenus, il se met en tête de monter avec eux une pièce sur la scène d’un vrai théâtre. Commence alors une formidable aventure humaine. Inspiré d’une histoire vraie.

Critique de Mulder

  • « Il y a quelques années Marc Bordure, mon producteur, m’avait fait découvrir un documentaire relatant l’histoire d’un metteur en scène, Jan Jönson, qui avait monté En attendant Godot avec des détenus dans une prison en Suède. Le spectacle avait eu un tel succès qu’ils étaient partis en tournée, jusqu’au dénouement assez ébouriffant au théâtre Royal de Göteborg. Il m’avait dit : « cette histoire est pour toi»… J’ai commencé à réfléchir à une transposition française et contemporaine de l’histoire. La pièce de Beckett me semblait d’emblée un peu aride, alors est-ce qu’il ne fallait pas plutôt déplacer l’action vers un autre domaine ? La musique ? Le chant ? La danse… ? Ou pourquoi pas mettre en scène des femmes détenues… ? En tout cas il fallait tout réinventer parce que le milieu carcéral suédois des années 80 était très éloigné des prisons françaises d’aujourd’hui. Et je me suis aperçu que pour écrire sur ce sujet il fallait déjà anticiper le casting et la réalisation, imaginer un mode de travail pour tourner les répétitions en laissant une part d’improvisation… » - Emmanuel Courcol

    C’est souvent les histoires vraies qui donnent une réelle inspiration à des scénaristes et réalisateurs pour transcender les faits et donner vie à des films d’une émotion rare. Il serait pourtant simpliste de voir dans le nouveau film co-écrit et réalisé par Emmanuel Courcol (Cessez-le-feu (2016)) un simple feel-good-movie parfait pour les fêtes de fin d’année car derrière cette histoire dont le personnage principal est un comédien qui souhaite monter avec des détenus de prison la pièce de Samuel Beckett En attendant Godot. De l’histoire vraie, Marc Bordure, Robert Guédiguian en ont gardé l’essence et la finalité dont on ne dira rien tant elle se révèle l’une des plus belles scènes de cinéma vu récemment.

    Les deux scénaristes ont également compris tout le bienfait du théâtre qui est l’une des plus belles thérapies existantes pour s’accepter, se remettre en question et donner le meilleur de soi-même. Dès les premières minutes lorsqu’Etienne (Kad Merad) rentre dans une prison pour remplacer un ami acteur et directeur d’une salle de spectacles, il va se confronter à des prisonniers ayant un fort caractère. Il va non seulement réussir à retenir leur attention mais aussi à donner le meilleur d’eux-mêmes tout en se battant contre leurs propres faiblesses et leur caractère sauvage.

    Non seulement le réalisateur Emmanuel Courcol trouve l’angle parfait pour rendre passionnantes les répétitions au sein d’une prison de la pièce de Samuel Beckett mais en permanence à rester crédible et à mettre en lumière les nombreuses fêlures psychologiques des personnages. Dans le rôle d’Etienne, ce comédien qui a du mal à remonter sur scène et à gérer ses frustrations personnelles, Kad Merad se révèle une nouvelle fois être un des meilleurs comédiens actuels nettement plus impressionnant dans des rôles dramatiques que dans ceux qui ont fait sa gloire dans le cinéma français. Nul autre comédien que lui pouvait apporter sa fragilité, cette soif dévorante d’être un comédien et sa volonté de partager ce plaisir de jouer. Il réussit dans ce film à nous faire rire, à nous surprendre mais aussi à nous émouvoir lors d’une scène finale qui restera longtemps marquée dans nos mémoires de passionnés de cinéma. Les seconds rôles sont également portés par des comédiens totalement investis que cela soit David Ayala (Patrick), Lamine Cissokho, Sofian Khammes, Pierre Lottin, Wabinlé Nabié, Alexandre Medvedev, Saïd Benchnafa, Marina Hands et Laurent Stocker.

    Le grand soin porté aux nombreux dialogues et à l’opposition entre le monde carcéral et celui de l’extérieur se révèlent être passionnants. Loin de ces comédiens populaires, Un triomphe est un film d’une force émotionnelle rare dans lequel chacun se retrouvera. Le lien émotionnel fort entre les spectateurs et ses personnages foncièrement humains nous montrent que les apparences sont souvent trompeuses et qu’il faut laisser à chacun sa chance.

    En mettant au centre de son film, le théâtre et en montrant comment des détenus n’ayant aucune expérience sur scène deviennent peu à peu de grands comédiens, ce film se révèle être un excellent feel-good movie qui nous donne réellement envie d’applaudir tellement ce film pétri d’un amour véritable envers le théâtre et surtout montré que nous avons tous le droit à une second chance et que nous ne devons jamais baisser les bras,. Il faut savoir donner en permanence le meilleur de soi et surtout partager avec les autres nos qualités. Le personnage d’Etienne à qui la vie n’a guère fait de cadeaux, divorcé, des difficultés financières, des rapports conflictuels avec sa fille trouve auprès de ses prisonniers une seconde famille.

    Un triomphe
    Un film d’Emmanuel Courcol
    Produit par : Marc Bordure, Robert Guédiguian
    Scénario d’Emmanuel Courcol, Thierry de Carbonnières
    Avec Kad Merad, David Ayala, Lamine Cissokho, Sofian Khammes, Pierre Lottin, Wabinlé Nabié, Alexandre Medvedev, Saïd Benchnafa, Marina Hands, Laurent Stocker
    Musique : Fred Avril
    Directeur de la photographie : Yann Maritaud
    Montage : Guerric Catala
    Production : Agat Films & Cie, Les Productions du Ch'Timi
    Distribution : Memento Films Distribution (France)
    Date de sortie : 23 décembre 2020 (France)
    Durée : 106 minutes

    Vu le 5 octobre 2020 au Gaumont Disney Village, Salle 3 place A18

  • 5

Critique de Fox

  • "A few years ago, Marc Bordure, my producer, introduced me to a documentary film about a director, Jan Jönson, who had edited En attendant Godot (Waiting for Godot) with inmates in a prison in Sweden. The show was such a success that they went on tour, until the rather breathtaking ending at the Royal Theater in Gothenburg. He had told me: "this story is for you"... I began to think about a French and contemporary transposition of the story. Beckett's play seemed a bit dry from the outset, so shouldn't the action be moved to another field? Music? Singing? Dance? Or why not stage women prisoners...? In any case it was necessary to reinvent everything because the Swedish prison environment of the 80s was far removed from today's French prisons. And I realized that in order to write on this subject, I had to anticipate the casting and the direction, imagine a way of working to shoot the rehearsals while leaving a certain amount of improvisation... ". - Emmanuel Courcol

    It is often the true stories that give real inspiration to writers and directors to transcend the facts and bring to life films of rare emotion. Yet it would be simplistic to see in the new film co-written and directed by Emmanuel Courcol (Cessez-le-feu (2016)) a simple feel-good-movie perfect for the holiday season because behind this story whose main character is an actor who wants to stage Samuel Beckett's play En attendant Godot with prison inmates. Of the true story, Marc Bordure, Robert Guédiguian have kept the essence and the finality of which one will not say anything as it turns out to be one of the most beautiful scenes of cinema seen recently.

    The two screenwriters have also understood all the benefits of theater, which is one of the most beautiful therapies available to accept, question and give the best of oneself. From the very first minutes when Etienne (Kad Merad) enters a prison to replace a friend actor and director of a theater, he will be confronted with prisoners with a strong character. He will not only manage to hold their attention but also to give the best of themselves while fighting against their own weaknesses and wild character.

    Not only does director Emmanuel Courcol find the perfect angle to make the rehearsals in a prison in Samuel Beckett's play exciting, but he is also constantly trying to remain credible and bring to light the many psychological cracks in the characters. In the role of Etienne, the actor who has difficulty getting back on stage and managing his personal frustrations, Kad Merad proves once again to be one of the best actors today, far more impressive in dramatic roles than in those that made his fame in French cinema. No other actor than him could bring his fragility, this devouring thirst to be an actor and his willingness to share the pleasure of acting. In this film he succeeds in making us laugh, in surprising us but also in moving us during a final scene which will remain for a long time marked in our memories as film enthusiasts. The supporting roles are also carried by actors who are totally committed whether David Ayala (Patrick), Lamine Cissokho, Sofian Khammes, Pierre Lottin, Wabinlé Nabié, Alexandre Medvedev, Saïd Benchnafa, Marina Hands and Laurent Stocker.

    The great care given to the numerous dialogues and the opposition between the prison world and the outside world proved to be fascinating. Far from these popular actors, A Triumph is a film of rare emotional strength in which everyone will find themselves. The strong emotional bond between the spectators and its fundamentally human characters shows us that appearances are often deceptive and that everyone must be given their chance.

    By putting the theater at the center of the film and by showing how inmates with no experience on stage become little by little great actors, this film proves to be an excellent feel-good movie that really makes us want to applaud so much this film has been filled with a true love for the theater and above all shows that we all have the right to a second chance and that we must never give up. We must always give the best of ourselves and especially share our qualities with others. The personage of Etienne to whom life has given few gifts, divorced, financial difficulties, conflictual relationships with his daughter, finds a second family with his prisoners.

    A triumph
    Directed by Emmanuel Courcol
    Produced by Marc Bordure, Robert Guédiguian
    Written by Emmanuel Courcol, Thierry de Carbonnières
    Starring Kad Merad, David Ayala, Lamine Cissokho, Sofian Khammes, Pierre Lottin, Wabinlé Nabié, Alexandre Medvedev, Saïd Benchnafa, Marina Hands, Laurent Stocker
    Music by Fred Avril
    Cinematography : Yann Maritaud
    Edited by Guerric Catala
    Production companies : Agat Films & Cie, Les Productions du Ch'Timi
    Distributed by Memento Films Distribution (France)
    Release date: December 23, 2020 (France)
    Running time: 106 minutes

    Seen on October 5, 2020 at Gaumont Disney Village, Room 3 seat A18

  • 5