Logo
Accueil > Reviews > Bac Nord

Bac Nord

  • Bac Nord
    2012. Les quartiers Nord de Marseille détiennent un triste record : la zone au taux de criminalité le plus élevé de France. Poussée par sa hiérarchie, la BAC Nord, brigade de terrain, cherche sans cesse à améliorer ses résultats. Dans un secteur à haut risque, les flics adaptent leurs méthodes, franchissant parfois la ligne jaune. Jusqu'au jour où le système judiciaire se retourne contre eux…

Critique de Mulder

  • « En 2012, l’affaire du scandale de la BAC Nord éclate dans toute la presse. Difficile d’y échapper surtout pour moi qui suis de Marseille. Je m’y suis très vite intéressé surtout que je connais bien les quartiers nord, j’y ai grandi. Le show médiatique était tel que j’ai ressenti le besoin de savoir ce qu’il s’était passé. À quel point ces flics avaient-ils pu franchir la ligne jaune ? Mais pour cela, il fallait avoir accès aux policiers, au dossier. Ce qui était évidemment impossible. Quand on a décidé de travailler ensemble, avec Hugo Sélignac, mon producteur, j’avais toujours en tête cette affaire. C’est là qu’il me dit « Attends, je connais quelqu’un à Marseille qui pourrait nous présenter les vrais flics de l’affaire. » Et c’est ce qui s’est passé. J’ai pu rencontrer toute la BAC Nord de l’époque, m’entretenir avec ces hommes, commencé à sentir les choses. J’ai rapidement appelé Hugo pour lui dire « Il faut faire ce film !» - Cédric Jimenez

    On sentait venir après ses trois premiers films Aux yeux de tous (2011), La French (2011), HHH (2017) que le réalisateur et scénariste Cédric Jimenez allait tôt ou tard faire éclater totalement son potentiel pour renouveler le cinéma français et plus particulièrement le thriller. Sa direction des comédiens, sa collaboration comme dans ses précédents films avec Audrey Diwan et sa volonté de sortir ses comédiens de leur zone de confort éclatent littéralement devant nos yeux dans son quatrième film Bac Nord. On sent à chaque plan de son film une véritable envie de rendre hommage aux films qui ont marqué sa mémoire mais aussi de donner une vision assez juste de certains quartiers de Marseille devenus des zones réellement dangereuses liées au grand banditisme. Bac Nord s’impose non seulement comme l’un des films les plus marquants de cette année mais surtout amène au débat et porte un regard très juste sur les forces de l’ordre (la Bac Nord) qui a marqué en 2012 nos mémoires en mettant en avant le fait que certains agents des forces de l’ordre n’hésitaient pas à franchir les contours de la loi pour faire face à des gangs sans foi ni loi.

    Dès les premières minutes l’accent est mis non seulement sur une réelle volonté de rester crédible à chaque plan mais aussi à donner une réelle épaisseur psychologique aux personnages principaux et secondaires. Le scénario écrit par Hugo Sélignac et Vincent Mazel s’inspire des faits réels (l’utilisation de certains extraits télévisuels est parfaitement maitrisée) et nous montre comment trois policiers Greg (Gilles Lellouche), Kaim Leklou (Yass) et Antoine (François Civil) ont adapté leurs méthodes, souvent franchi le cadre de la légalité pour arriver à leur fin. Pour mettre fin à un réseau de trafiquants ils vont devoir non seulement mettre leur vie en danger mais aussi devoir utiliser des méthodes proches des gangs qu’ils affrontent dans certains quartiers de Marseille.

    Alors que le cinéma français semble trop souvent s’installer dans un moule préconçu pour plaire à tous et trop souvent aseptiser le contenu des images, Bac Nord ne recule devant rien pour montrer que le calme apparent des forces de l’ordre est souvent trompeur et que les coups bas, les mensonges sont omniprésents. Cette quête permanente de montrer la supériorité des forces de l’ordre se révèle profondément dans la dernière partie du film. Il est pourtant difficile de porter un véritable regard sur ce trio de flics dont la principale attention est de rendre plus saine les rues de Marseille. Face à des gangs ne reculant devant rien et qui semblent prêts à tout pour que leurs affaires très lucratives puissent se poursuivre, ce film s’impose aisément comme l’un des plus chargés en adrénaline pure de cette année. Que cela rappelle une scène de l’excellent The Raid (2012) de Gareth Evans, French connection (1972) de William Friedkin mais également une vision de la police guère éloignée de celle réactionnaire de la saga cinématographique de l’Inspecteur Harry, Bac Nord est un thriller d’une perfection rare qui ne laissera aucun spectateur insensible. Impossible aussi de ne pas penser à des réalisateurs comme Francis Ford Coppola (Outsider (1983) et Martin Scorsese par cette volonté indéniable de mettre en scène d’excellents comédiens et de leur donner matière suffisante à casser leur image mais aussi à montrer leur potentiel véritable. On n’avait rarement vu les comédiens Gilles Lellouche et François Civil littéralement livrer des performances d’une puissance émotionnelle rare. Gilles Lellouche avait déjà tourné avec Cédric Jimenez pour LA french mais son interprétation à couper au couteau est remarquable et laisse éclater son immense talent de comédien. De la même manière François Civl déjà remarquable dans ses derniers films Burn out (2017, Celle que vous croyez (2018), Mon inconnue (2019), Le chant du loup (2019) s’impose ici comme l’un des meilleurs comédiens français à la recherche de rôles forts plutôt que d’aligner des films commerciaux trop lisses.

    Le réalisateur Cédric Jimenez ne néglige pas les seconds rôles féminins et s’entoure pour l’occasion des excellentes et superbes Adèle Exarchopoulos et Kenza Fortas (César du meiilleur jeune espoir féminin pour Shéhérazade (2018)) . Adèle Exarchopoulos n’a plus besoin de montrer qu’elle est une comédienne investie dans ses rôles et n’hésitant pas à passer de la comédie, aux drames et thrillers. Kenza Fortas confirme que l’on n’a pas fini de parler d’elle et que ses débuts prometteurs se sont concrétisés et laissent place à une comédienne réellement douée et dont la présence à l’écran est indéniable.

    Bac Nord ne porte pas non plus un regard accusateur sur les forces de l’ordre et nous montre que les frontières entre le bien et le mal sont dans certains cas difficiles à discerner. Le film nous amène aussi à l’interrogation sur le pouvoir des politiques et des journalistes à rapporter ou lancer des accusations plus ou moins justifiées. Ce film marquera votre mémoire longuement après l’avoir vu, vous amènera à la réflexion mais surtout vous montrera que les films à grand spectacle doivent se voir au cinéma sur un écran géant et dans d’excellentes conditions (comme c’est le cas de la salle 1 du Gaumont Disney Village). On ne peut que vous conseiller d’aller voir ce film au cinéma dès sa sortie annoncée au 23 décembre 2020 en France…

    Bac Nord
    Un film de Cédric Jimenez
    Produit par Hugo Sélignac et Vincent Mazel
    Sur un scénario de Cédric Jimenez et Audrey Diwan
    Avec Gilles Lellouche, François Civil, Karim Leklou, Adèle Exarchopoulos, Kenza Fortas, Idir Azougli
    Musique de Guillaume Roussel
    Directeur de la photographie : Laurent Tangy
    Montage : Simon Jacquet
    Production : Chi-Fou-Mi Productions, France 2 Cinéma et StudioCanal
    Distribution : StudioCanal (France)
    Date de sortie : 23 décembre 2020 (France)
    Durée : 105 minutes

    Vu le 16 octobre 2020 au Gaumont Disney Village, Salle 1 place M20

  • 5

Critique de Fox

  • "In 2012, the scandal of the BAC Nord explodes in the press. It's hard to escape it, especially for me from Marseille. I quickly became interested in it, especially since I know the northern neighborhoods well and I grew up there. The media show was such that I felt the need to know what had happened. To what extent had these cops been able to cross the yellow line? But to do that, you had to have access to the cops, to the file. Which was obviously impossible. When we decided to work together, with Hugo Sélignac, my producer, I always had this case in mind. That's when he told me, "Wait, I know someone in Marseille who could introduce us to the real cops in the case. "And that's what happened. I was able to meet the whole of the BAC Nord at the time, talk to these men, start to get a feel for things. I quickly called Hugo to tell him, "We have to make this film!" - Cédric Jimenez

    After his first three films Aux yeux de tous (2011), La French (2011), HHH (2017), we felt that director and screenwriter Cédric Jimenez would sooner or later fully unleash his potential to renew French cinema and more particularly thrillers. His direction of the actors, his collaboration as in his previous films with Audrey Diwan and his desire to take his actors out of their comfort zone literally burst before our eyes in his fourth film Bac Nord. We feel in each shot of his film a real desire to pay homage to the films that have marked his memory but also to give a fairly accurate vision of certain neighborhoods of Marseille that have become truly dangerous areas linked to organized crime. Bac Nord not only stands out as one of the most striking films of this year, but above all brings us to the debate and takes a very accurate look at the forces of law and order (the Bac Nord) which marked our memories in 2012 by highlighting the fact that some law enforcement officers did not hesitate to go beyond the law to confront lawless gangs.

    From the very first minutes, the emphasis is placed not only on a real willingness to remain credible to each plan but also to give a real psychological depth to the main and secondary characters. The script written by Hugo Sélignac and Vincent Mazel is inspired by real facts (the use of certain television excerpts is perfectly mastered) and shows us how three policemen Greg (Gilles Lellouche), Kaim Leklou (Yass) and Antoine (François Civil) have adapted their methods, often going beyond the framework of legality to reach their end. To put an end to a trafficking network they will not only have to put their lives in danger but also have to use methods close to the gangs they face in certain neighborhoods of Marseille.

    While French cinema too often seems to settle into a preconceived mold to please everyone and too often sanitize the content of images, Bac Nord will stop at nothing to show that the apparent calm of the police is often deceptive and that low blows and lies are omnipresent. This permanent quest to show the superiority of the forces of law and order is deeply revealed in the last part of the film. Yet it is difficult to take a real look at this trio of cops whose main focus is to make the streets of Marseille healthier. Faced with gangs who will stop at nothing and who seem ready to do anything to keep their very lucrative business going, this film easily establishes itself as one of the most adrenalin-packed films of this year. Reminiscent of a scene from Gareth Evans' excellent The Raid (2012), William Friedkin's French connection (1972), but also a vision of the police not far from the reactionary vision of Inspector Harry's film saga, Bac Nord is a thriller of rare perfection that will leave no viewer indifferent. It is also impossible not to think of directors such as Francis Ford Coppola (Oursider (1983) and Martin Scorsese for this undeniable will to direct excellent actors and give them enough material to break their image but also to show their true potential. We had rarely seen actors Gilles Lellouche and François Civil literally deliver performances of rare emotional power. Gilles Lellouche had already filmed with Cédric Jimenez for LA French, but his stabbing performance is remarkable and lets his immense talent as an actor shine through. In the same way François Civl, already remarkable in his latest films Burn out (2017), Celle que vous croyez (2018), Mon inconnue (2019), Le chant du loup (2019), stands out here as one of the best French actors looking for strong roles instead of lining up commercial films that are too smooth.

    The director Cédric Jimenez does not neglect the second female roles and surrounds himself for the occasion with the excellent and superb Adèle Exarchopoulos and Kenza Fortas (César for the best young female hopeful for Shéhéhérazade (2018)). Adèle Exarchopoulos no longer needs to show that she is an actress invested in her roles and does not hesitate to move from comedy to dramas and thrillers. Kenza Fortas confirms that we haven't finished talking about her and that her promising debut has come true and gives way to a really gifted actress whose presence on screen is undeniable.

    Bac Nord also does not take an accusing look at the forces of law and order and shows us that the boundaries between good and evil are in some cases difficult to discern. The film also leads us to question the power of politicians and journalists to report or launch more or less justified accusations. This film will leave a lasting impression on your memory long after you have seen it, will make you think, but above all it will show you that big-screen films must be seen in theaters on a giant screen and in excellent conditions (as is the case in the Gaumont Disney Village's Theater 1). We can only advise you to go and see this film in a movie theater as soon as its release is announced on December 23rd, 2020 in France...

    Bac North
    Directed by Cédric Jimenez
    Produced by Hugo Sélignac and Vincent Mazel
    Written by Cédric Jimenez and Audrey Diwan
    Starring Gilles Lellouche, François Civil, Karim Leklou, Adèle Exarchopoulos, Kenza Fortas, Idir Azougli
    Music by Guillaume Roussel
    Cinematography : Laurent Tangy
    Edited by Simon Jacquet
    Production companies: Chi-Fou-Mi Productions, France 2 Cinéma and StudioCanal
    Distributed by StudioCanal (France)
    Release date: December 23, 2020 (France)
    Running time: 105 minutes

    Seen on October 16, 2020 at Gaumont Disney Village, Room 1 seat M20

  • 5