Logo
Accueil > Reviews > Sacrees sorcieres (Roald Dahl’s The Witches)

Sacrees sorcieres (Roald Dahl’s The Witches)

  • Sacrees sorcieres (Roald Dahl’s The Witches)
    Dans cette nouvelle adaptation du chef d’œuvre de Roald Dahl, Zemeckis raconte l’histoire à la fois drôle, grinçante et émouvante de Bruno, un jeune orphelin. En 1967, il vient vivre chez son adorable grand-mère, dans la petite ville rurale de Demopolis, en Alabama. Tandis que le petit garçon et sa mamie croisent la route de sorcières aussi séduisantes que redoutables, la grand-mère entraîne notre héros en herbe dans une somptueuse station balnéaire. Malheureusement, ils débarquent au moment même où la Chef Sorcière réunit ses sbires venus du monde entier – incognito – pour mettre en œuvre ses sinistres desseins…

Critique de Mulder

  • Alors que notre fête annuelle préférée, Halloween, n’est plus qu’à quelques jours et que le festival britannique de film de genres Frighfest permet à tous les passionnés de cinéma de découvrir des productions indépendantes horrifiques, Les Etats-Unis semblent aussi vouloir nous proposer un film réussi pour cette période difficile dans laquelle nous aimerions tous avoir des dons de sorciers comme Harry Potter pour retrouver notre vie d’avant la pandémie. Publié en 1983 l’un des bestsellers de l’écrivain britannique Roald Dahl, Sacrées sorcières (Roald Dahl’s The Witches) s’est imposé par ses nombreuses rééditions comme un classique de la littérature enfantine et met en scène des sorcières ayant des traits marquants comme avoir des griffes au lieu d’ongles, sont chauves et ont un comportement bizarre.

    Dans le roman l’histoire est racontée par un jeune garçon anglais de sept ans, qui va vivre avec sa grand-mère norvégienne après que ses parents aient été tués dans un tragique accident de voiture. En restant fidèle au livre, les scénaristes Robert Zemeckis, Kenya Barris, Guillermo del Toro ont dépoussiéré ce classique de la littérature et transposé l’histoire qui se déroulait en Angleterre et Norvège aux Etats-Unis en Alabama et on fait plusieurs changements importants du point de vue des personnages principaux un jeune enfant afro-américain et sa grand-mère incarnée ici par la comédienne Octavia Spenser mais aussi en donnant une part plus importante à la Grande sorcière (Anne Hathaway) et en mettant en avant ces trois enfants devenus malgré eux des souris de manière définitive. L’association au scénario de Robert Zemeckis et Guillermo Del Toro fonctionne parfaitement et donne à ce film une véritable aura sans sombrer dans un infantilisme profond qui aurait nuit à la force émotionnelle de ce film.

    Produit notamment par Robert Zemeckis, Guillermo del Toro, Alfonso Cuarón, il serait intéressant de voir l’empreinte de ces trois grands réalisateurs sur ce film et comment ils ont pu trouver un terrain d’entente pour proposer une comédie fantastique familiale de qualité et aux multiples rebondissements. On appréciera aussi que la fin de ce film respecte celle du livre sans vouloir imposer un véritable happy end trop américain et qui aurait fait perdre à ce film son aura toute particulière.

    Déjà adapté au cinéma en 1990 par la réalisateur Nicolas Roeg dans Les Sorcières (The Witches), Sacrées sorcières (Roald Dahl’s The Witches) retrouve toute la force des comédies fantastiques des années 80 et 90 dans lesquelles les spectateurs pouvaient réellement être surpris et dont l’interprétation, la réalisation et les effets spéciaux étaient tout aussi importants pour donner vie à des intrigues pleines de rebondissements. Conteur surdoué, Robert Zemeckis s’impose ici comme le réalisateur parfait pour nous proposer un conte fantastique attendrissant mais possédant quelques scènes effrayantes marquées par l’excellente interprétation d’Anne Hathaway dans une sorcière qui rappellera par certains côtés le personnage de Pennywise dans l’adaptation cinématographique de Ca de Stephen King par Andrés Muschietti (notamment le véritable visage de la sorcière et ses mains effrayantes). Après la trilogie Retour vers le futur (Back to the Future), La mort vous va si bien (Death Becomes Her) (1992), La Légende de Beowulf (2007), Robert Zemeckis aborde de nouveau une thématique qui lui est chère, le fantastique. On comprend aisément son attirance pour le livre de Roald Dahl qui aborde aussi des thématiques qui lui tiennent à cœur comme la famille, notre place dans la société mais aussi le fait de croire à l’impossible.

    Certes Sacrées sorcières (Roald Dahl’s The Witches) n’est pas parfait à commencer par cette longue introduction dans laquelle on découvre une classe et la voix du conteur (Chris Rock dans la version originale) qui n’est autre que la voix du personnage principal, ce jeune enfant recueilli par sa grande mère suite à la mort de ses parents et son intégration difficile chez sa grand-mère malade. Pourtant une fois que cet enfant et sa grand-mère arrivent dans cette somptueuse station balnéaire et que la Grande sorcière apparait, le film commence réellement et ne cesse de nous surprendre et d’être réellement envoutant. Entre des effets spéciaux réussis, des scènes de pure comédie et d’autres proches de l’esprit d’Halloween, on ne peut que se laisser emporter par ce film réussi qui plaira à toute la famille.

    On aurait tant aimé que ce film sorte en même temps dans tous les pays du monde mais la pandémie en a décidé différemment. Disponible depuis ce jour aux Etats-Unis sur HBM Max, il faudra prendre notre mal en patience et attendre le 18 novembre prochain (si la date ne change pas) pour le découvrir en France dans tous les bons cinémas. Ce film aurait été pourtant parfait en France pour célébrer Halloween en famille et oublier la tristesse permanente causée par cette pandémie mondiale.

    Sacrée sorcière (The Witches)
    Un film de Robert Zemeckis
    Produit par Robert Zemeckis, Guillermo del Toro, Alfonso Cuarón, Jack Rapke, Luke Kelly
    Scénario de Robert Zemeckis, Kenya Barris, Guillermo del Toro
    Basé sur The Witches de Roald Dahl
    Avec Anne Hathaway, Octavia Spencer, Stanley Tucci
    Narration : Chris Rock
    Musique d’Alan Silvestri
    Directeur de la photographie : Don Burgess
    Montage: Jeremiah O'Driscoll, Ryan Chan
    Production : Warner Max, ImageMovers, Necropia Entertainment, Esperanto Filmoj
    Distribution : HBO Max (Etats-Unis), Warner Bros. Pictures (International)
    Date de sortie : 22 octobre 2020 (Etats-Unis), 18 novembre 2020 (France)
    Durée : 105 minutes

    Vu le 22 octobre en version originale

  • 4

Critique de Fox

  • While our favorite annual holiday, Halloween, is only a few days away and the British genre film festival Frighfest allows all film enthusiasts to discover horrific independent productions, the United States also seems to want to offer us a successful film for this difficult period in which we would all like to have the gifts of wizards like Harry Potter to return to our lives before the pandemic. Published in 1983 as one of the bestsellers of the British writer Roald Dahl, The Witches has established itself through its many reissues as a classic of children's literature and features witches with striking features such as having claws instead of nails, are bald and have a bizarre behavior.

    In the novel the story is told by a seven-year-old English boy, who goes to live with his Norwegian grandmother after his parents are killed in a tragic car accident. By remaining faithful to the book, the writers Robert Zemeckis, Kenya Barris, Guillermo del Toro have dusted off this classic of literature and transposed the story that takes place in England and Norway to the United States in Alabama. Several important changes are made from the point of view of the main characters: a young African-American child and his grandmother played here by the actress Octavia Spenser but also by giving a greater part to the Great Witch (Anne Hathaway) and by putting forward these three children who have become mice in spite of themselves in a definitive way. The association with the screenplay by Robert Zemeckis and Guillermo Del Toro works perfectly and gives this film a real aura without sinking into a deep infantilism that would have harmed the emotional strength of this film.

    Produced by Robert Zemeckis, Guillermo del Toro, Alfonso Cuarón and others, it would be interesting to see the imprint of these three great directors on this film and how they were able to find common ground to offer a quality family fantasy comedy with multiple twists and turns. It would also be interesting to see how the end of the film respects the end of the book without imposing a real happy ending that is too American and that would have made this film lose its special aura.

    Already adapted to the cinema in 1990 by director Nicolas Roeg in The Witches, Sacred Witches (Roald Dahl's The Witches) finds all the strength of the fantastic actors of the 80s and 90s in which the spectators could really be surprised and whose interpretation, direction and special effects were just as important to give life to intrigues full of twists and turns. A gifted storyteller, Robert Zemeckis is the perfect director to offer us a touching fantasy tale with a few scary scenes marked by Anne Hathaway's excellent interpretation of a witch who is in some ways reminiscent of the character of Pennywise in Andrés Muschietti's film adaptation of Stephen King's Ca (including the witch's real face and her scary hands). After the trilogy Back to the Future, Death Becomes Her (1992), The Legend of Beowulf (2007), Robert Zemeckis once again tackles a theme that is dear to him, fantasy. It is easy to understand his attraction for Roald Dahl's book, which also addresses themes that are close to his heart, such as the family, our place in society, but also the fact of believing in the impossible.

    Roald Dahl's The Witches is not perfect starting with this long introduction in which we discover a class and the voice of the storyteller (Chris Rock in the original version) who is none other than the voice of the main character, this young child taken in by his grandmother following the death of his parents and his difficult integration with his sick grandmother. Yet once this child and his grandmother arrive in this sumptuous seaside resort and the Great Witch appears, the film really begins and never ceases to surprise us and be truly captivating. Between successful special effects, scenes of pure comedy and other scenes close to the spirit of Halloween, we can only get carried away by this successful film that will please the whole family.

    We would have liked so much for this film to be released at the same time in every country in the world but the pandemic decided differently. Now available in the United States on HBM Max, we'll have to be patient and wait until November 18 (if the date doesn't change) to discover it in France in all the right cinemas. This film would have been perfect in France to celebrate Halloween with the family and forget the permanent sadness caused by this global pandemic.

    Roald Dahl's The Witches
    Directed by Robert Zemeckis
    Produced by Robert Zemeckis, Guillermo del Toro, Alfonso Cuarón, Jack Rapke, Luke Kelly
    Screenplay by Robert Zemeckis, Kenya Barris, Guillermo del Toro
    Based on The Witches by Roald Dahl
    Starring Anne Hathaway, Octavia Spencer, Stanley Tucci
    Narrated by Chris Rock
    Music by Alan Silvestri
    Cinematography: Don Burgess
    Edited by Jeremiah O'Driscoll, Ryan Chan
    Production company: Warner Max, ImageMovers, Necropia Entertainment, Esperanto Filmoj
    Distributed by: HBO Max (United States), Warner Bros. Pictures (International)
    Release date: October 22, 2020 (United States), November 18 2020 (France)
    Running time: 105 minutes

    Seen October 22, 2020

  • 4